Voies fraternelles, pauvres voix humaines

Ce texte de René Grousset, humble note en bas de page, qui vient d’un livre (« Bilan de l’Histoire ») qu’il a écrit, peut-être son dernier, en 1946; je n’existais pas encore alors, pas même à l’état de foetus; livre que j’ai moi-même acheté en 1978, du temps où je logeais dans une chambre d’hotel, et où tout mon équipement tenait dans une valise.

Ce texte, je ne l’ai jamais oublié, et je voudrais le faire inscrire sur ma tombe.
le voici:

« Rappelons seulement l’émouvant ex-voto relevé par Chavannes sur une des stèles T’ang:
«Moi, serviteur du Bouddha, me voici abandonné seul, ayant perdu tous les miens. Devant un arbre agité par le vent, longuement je pense à eŭ et je questionne le ciel sans obtenir de réponse. Je voudrais me confier aŭ génies pour qu’ils m’arrachent de ce chemin solitaire. Alors je donne mes biens pour faire avec respect ces images du Bouddha. J’espère que par elles la paix se répandra sur les vivants et sur les morts. »
Est-il rien de plus près de nous que ces humbles voix qui, par-delà les siècles et les tombes, nous confient ainsi leur angoisse et leur invincible espérance? Voix en prière des profondeurs du passé, voix fraternelles, pauvres voix humaines… »